25 meilleurs jeux Resident Evil classés

Vingt-six ans. Deux décennies et demie (et un peu) de peurs de saut, de chiens sautant par les fenêtres, de mauvaises citations mémorables et d’actions ridicules ont vingt-six ans. Né d’un obscur titre d’horreur japonais de 1989, Resident Evil est passé à des choses bien plus grandes et meilleures depuis. Des ventes de jeux par millions, une gamme de films à succès (enfin, sans doute) et de nombreux spin-off aussi.

Mais regardons les jeux aujourd’hui. Était-ce le premier qui vous a accroché, ou avez-vous sauté à bord lorsque VII a réinventé la franchise à la première personne ? Vous souvenez-vous avec émotion de ce que Barry appelle Jill, ou est-ce que les moments de poursuite de M. X vous ont marqué à vie ? Quelle que soit la raison pour laquelle vous aimez Resident Evil, nous avons compilé 25 des meilleurs jeux de la série, classés. Vous n’êtes pas d’accord ? Sonnez dans les commentaires.

# 25 Corps des parapluies

Commençons cette liste avec le pire exemple absolu de gifler Resident Evil sur quelque chose. Corps des parapluies pourrait ont été quelque chose de bien. Ce pourrait ont amélioré ce que l’opération Raccoon City a fait, comme le font la plupart des suites.

Mais non, Capcom a doublé dans le mauvais sens et a produit ce tosh absolu d’un jeu. Des décors sans inspiration, des personnages oubliables et certains des pires jeux de tir jamais mis au jeu vidéo. Même si ce serait de déchirer davantage ce jeu, cela lui donnerait plus de crédit qu’il n’en vaut la peine.

# 24 Résident Evil Gaiden

Contrairement à Umbrella Corps, Gaiden ne mérite pas la bile qui lui est destinée. Pourtant, il ne mérite pas non plus des tas d’éloges, même s’il s’agit au moins d’un titre ambitieux pour la Game Boy Colour. Mais ce ne sont pas les limites du GBC qui rendent Gaiden un peu faible,

Il a de bonnes idées; des groupes d’agences clandestines, associant des personnages de différentes sorties ensemble, et un système de combat qui [in modern comparisons] est étrangement similaire à certaines des batailles d’Undertale. Mais ces lueurs ne le distinguent pas des nombreux défauts proposés par Gaiden.

#23 Résident Evil Survivant

À la fin des années 90, les jeux d’armes légères et la PlayStation faisaient bon ménage. Time Crisis, par exemple, faisait des gangbusters après sa conversion en console. Était-il inévitable que Resident Evil suive ? Bien sûr, ils aiment les tendances.

Mais malheureusement, il n’utilisait pas de système sur rails qui serait utilisé plus tard dans Umbrella/Darkside Chronicles. Au lieu de cela, il a essayé d’utiliser trop de mécanismes et en a fait un gâchis maladroit et disgracieux à jouer. Il n’y a qu’un nombre limité d’attaques hors écran que l’on peut subir avant que la frustration ne s’installe.

#22 Épidémie de Resident Evil

Litigieux, cela, étant donné que les États-Unis et le Japon ont pu vivre ce jeu de la « bonne » manière, contrairement au Royaume-Uni. Nous nous référons, à l’ignorant, au manque de jeu en ligne dans les versions PAL. Mais ce n’est pas la raison pour laquelle il est classé si bas (bien que l’auteur de cette liste soit britannique).

Non, c’est un rang modeste car bien que ce soit un bon concept, c’était une exécution confuse qui offrait peu de direction à ce qui devait arriver. Certes, le jeu en ligne est parfois comme ça, Outbreak n’a néanmoins pas réussi à mettre le feu au monde du multijoueur Resident Evil. Mais, ça s’est amélioré.

#21 Resident Evil : Les Mercenaires 3D

Les Mercenaires était une surprise dans Resident Evil 3 s’apparentant aux joies de découvrir Portal dans l’Orange Box. Un spin-off gratuit et inclus (avant que Capcom ne devienne gourmand avec DLC et autres), il a ajouté plusieurs heures pour écraser ces scores élevés. Répliqué à nouveau dans 4 et 5, il ne fallut pas longtemps avant que des signes dollar ne se forment aux yeux de Capcom.

Le fait est que facturer de l’argent pour un mode dérivé en tant que jeu autonome est, fondamentalement, honteux. Oui, cela peut être amusant, mais un mode supplémentaire étendu à un jeu éclipse la joie qu’il pourrait apporter. Dans Nemesis, les progrès pourraient être utilisés vers le jeu principal. Ici? Eh bien, c’est tout ce qu’il y a à faire : un mini-jeu.

#20 Resident Evil : Opération Raccoon City

Donc, celui qui a précédé Umbrella Corps. Si celui-ci était nul, cela signifie-t-il que celui qui l’a précédé a établi une référence trop élevée ? Et bien non. Pas du tout.

Le concept aurait pu être génial : développer le multijoueur coopératif présenté dans Resident Evil 5. Ajouter des classes de style Rainbow Six, des scénarios variés et des décors, et ça aurait pu être génial. Malheureusement, ce n’était pas le cas. Il y a quelques moments de plaisir s’il y a des amis avec qui jouer, mais sinon, en grande partie oubliable.

#19 Résident Evil 6

Est-ce une surprise de voir Resident Evil 6 si loin dans la liste ? Non, probablement pas. Mais même si c’est assez loin en arrière, ce n’est pas un jeu qui mérite tout de la colère qu’il obtient. S’il ne s’agissait pas d’un jeu Resident Evil, il pourrait s’agir de n’importe quel jeu d’action exagéré, avec plusieurs récits.

Malheureusement, c’est un jeu Resident Evil, et il souille un peu. C’est un tel méli-mélo d’histoires et d’essayer de se faufiler dans le canon que cela finit par être un gâchis. L’action est beaucoup trop exagérée, même pour un jeu Resident Evil. Cela aurait pu être mieux, mais il a pris les mauvais éléments de 5 et est devenu tout bête.

# 18 Resident Evil: But mort

Nous avons maintenant atteint ce point délicat dans les tireurs d’armes à feu / sur rails Resident Evil de cette liste. Il a été établi que Survivor a trop essayé, tandis que Umbrella Chronicles… eh bien, vous le découvrirez. Alors, où cela laisse-t-il Dead Aim?

Quelque part au milieu, tel qu’il est. Mieux que Survivor de loin, aidé par la mise à niveau technique offerte par la PlayStation 2. Pourtant, il n’avait pas l’angle de la Wii pour quelque chose adapté à la PS2, s’appuyant sur plus de périphériques. Pourtant, l’histoire, et où elle s’intègre-t-elle dans les histoires globales ? Ouais, c’est un spin-off monstre de la semaine qui peut être largement ignoré.

#17 Resident Evil : Les Chroniques du Côté Obscur

Alors que les Chroniques d’Umbrella faisaient de leur mieux pour attacher quelques fils lâches (toujours dans une tâche dans une série si alambiquée), Chroniques de Darkside ont pris un angle différent. Il y a beaucoup de scénarios dans l’univers RE, certains qui n’avaient pas vraiment besoin d’être explorés.

Darkside Chronicles en propose quelques-uns, que nous ne gâcherons pas, mais cela semble pour la plupart simplement un gain inutile sur le gameplay sur rails que The Umbrella Chronicles a établi. Ce n’est pas terribleen soi, mais il peut être ignoré si vous ne l’avez pas déjà joué.

#16 Resident Evil : Révélations

Nous sommes maintenant au milieu de la liste, il est donc normal que deux matchs intermédiaires remplissent les entrées. Les révélations ne sont pas nécessairement une mauvaise partie dérivée / tangentielle de l’univers RE, c’était juste un jeu étrange à son arrivée.

Utilisant un mécanisme de balayage ennemi étrange semblable à Metroid Prime, Revelations a essayé quelque chose de différent et n’a pas vraiment touché ou manqué de marques. Un peu gênant sur les consoles portables, peut-être, mais rien pour le crucifier.

#15 Resident Evil : Révélations 2

Alors, vous vous demandez peut-être pourquoi celui-ci place le premier jeu au premier rang ? Ils sont tous les deux le même spin-off de franchise, quelle différence y a-t-il ? Eh bien, il s’avère que beaucoup. D’une part, c’est épisodique et deux, cela rassemble au moins quelques personnages récurrents dans un arc décent.

Situé entre deux chronologies, Claire Redfield et Barry Burton sont tous deux liés dans cette histoire étonnamment bien racontée. La chose épisodique était un peu bizarre au début, mais elle se déroule suffisamment bien pour être mémorable. Ce ne sera pas la meilleure des histoires, mais c’est assez divertissant pour s’y coller.

#14 Épidémie de Resident Evil : Fichier #2

Il a donc été mentionné plus tôt que Outbreak n’a pas réussi à mettre le feu à l’univers Resident Evil en ligne. Mais cela n’équivaut pas à de mauvaises ventes, ce qui a incité Capcom à tenter sa chance pour la série Outbreak. Cela a-t-il fonctionné cette fois ?

Eh bien, en bref : oui, il l’a fait. C’était encore un peu bizarre et confus, mais il y avait plus de structure et une meilleure connectivité en ligne. Toujours clanky, oui, et c’est dommage que les serveurs soient officiellement hors ligne, mais il y avait un éclat de diamant dans ce brut.

#13 Resident Evil : Les Chroniques d’Umbrella

Nous avons déjà expliqué que les jeux d’armes à feu ne fonctionnent que s’ils sont sur des rails, et que Darkside Chronicles était un peu hors sujet, alors nous en sommes maintenant au “bon”. Alors que les jeux Wii sont un peu tournés en dérision comme étant une console moindre, cela correspondait à l’attitude sur rails énoncée ici.

Il a également comblé le fossé entre quelques intrigues, qui ont peut-être manqué quelques fans occasionnels, mais qui ont été extrêmement utiles pour les fidèles. Des choses comme qui est Krauser de 4, par exemple. Porté sur la PlayStation 3 également, c’était une édition bienvenue pour le canon étendu, mais pas nécessaire s’il vous passait par là.

#12 Resident Evil Village/8

Resident Evil 7 a de nouveau réinventé la série, ajoutant la première personne et la rendant à nouveau effrayante. Alors naturellement, les fans attendaient avec impatience que Capcom traite cet élément et le gâche. Eh bien, il n’a fallu qu’un seul match.

Le village a l’air magnifique, mais dès le départ, il dérange avec quelques appâts et rebondissements, et bientôt nous sommes dans des fusillades ridicules avec des loups-garous. L’intrigue globale ébranle ce que Biohazard a laissé aux joueurs, laissant plus de sourcils levés que de visages choqués. Vraiment, de la moisissure ?

#11 Résident Evil Zéro

Avant les nombreux retcons étranges et incompréhensibles et ainsi de suite, nous avons eu droit à une préquelle dont nous ne savions pas que nous avions besoin. Il est difficile d’imaginer quel genre de tollé il y a eu pour une préquelle sur la douce médecin Rebecca, mais cela étoffe ce qui a commencé la recherche virale et la fin des jours qui a suivi.

Présentant un mécanisme de zapping partenaire / objet, RE Zero a pris un peu de temps pour s’y habituer. Heureusement déplacé du N64 au Gamecube, il suit la même veine magnifique que le remake original. Encore une fois, si vous êtes curieux de savoir où tout a commencé (avant que Village ne s’en mêle), il est maintenant disponible sur les consoles de génération actuelles.

#10 Resident Evil 3 (2020)

Après le succès retentissant du remake de Resident Evil 2 un an auparavant, le bon sens dicterait qu’un remake de Nemesis décrocherait également de l’or. Après tout, cela serait parallèle au succès de leur original…