Le PDG d'Ubisoft publie une déclaration vidéo traitant de la culture d'entreprise toxique et du contenu offensant de l'équipe d'élite

‘Je suis vraiment désolé pour tous ceux qui ont été blessés’

Le PDG d’Ubisoft, Yves Guillemot, a publié une déclaration vidéo traitant des histoires de culture toxique et de harcèlement sexuel chez le développeur / éditeur, ce qui avait conduit ces derniers mois à un examen minutieux dans les murs du studio et au licenciement de plusieurs employés de haut rang.

Dans la vidéo de près de quatre minutes, Guillemot présente des excuses aux personnes touchées et blessées par le comportement toxique de l’entreprise. «Je suis vraiment désolé pour tous ceux qui ont été blessés», dit Guillemot. « Nous avons pris des mesures importantes pour expulser ou sanctionner ceux qui ont enfreint nos valeurs et notre code de conduite et nous travaillons maintenant à améliorer nos systèmes et processus. »

Guillemot poursuit en déclarant qu’Ubisoft travaillera plus dur pour améliorer la diversité et l’inclusivité à tous les niveaux de l’entreprise, en investissant «un million de dollars» dans son programme d’études supérieures au cours des cinq prochaines années et en créant plus d’opportunités pour les groupes sous-représentés «y compris les femmes et des gens de couleur. « 

En ce qui concerne la récente controverse concernant le titre mobile Tom Clancy’s Elite Squad, qui utilisait l’iconographie adjacente de Black Rights pour représenter la faction antagoniste du jeu, Guillemot a noté qu’Ubisoft mettrait en place des garanties pour éviter des incidents similaires à l’avenir. Guillemot a précisé que l’entreprise soutient le mouvement Black Lives Matter et qu’Ubisoft fera un don au NAACP Legal Defence Fund.

Comme le dit le vieil adage: «parler est bon marché», et s’il est certainement bienvenu de voir le PDG d’Ubisoft enfin aborder ces problèmes publiquement (des mois après leur première révélation), cela ne compte finalement pour rien à moins qu’un changement réel et non atténué ne soit mis en œuvre tout au long l’entreprise – à tous les niveaux – dans un avenir immédiat.

Il y a aussi un élément de cynisme inévitable à propos de la déclaration de Guillemot (qui ne sera pas montrée dans le cadre de la présentation en direct) étant reportée jusqu’aux dernières heures avant « Ubisoft Forward », où l’éditeur présentera ses dernières marchandises au monde. « Mieux vaut tard que jamais » ne le coupe pas toujours.

À juste titre, Ubisoft sera soumis à un examen minutieux dans les semaines, mois, voire années à venir. En tant que tel, l’éditeur a encore beaucoup à prouver, avec beaucoup de travail à faire s’il veut restaurer la confiance dans son nom, sa marque et ses produits, voir justice à ceux qu’il a blessés et faire en sorte que l’entreprise devienne un coffre-fort, environnement de travail inclusif et sécurisé pour tous ses employés actuels et futurs.

Vous êtes déconnecté. Connexion | S’inscrire

Classé sous …

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici