La Commission européenne inflige une amende de 9,4 millions de dollars à Valve, Capcom, Zenimax et autres pour une décision antitrust

Patrouille frontalière

À la suite d’une enquête de la Commission européenne, une sélection d’éditeurs a été frappée d’une amende combinée de 7,8 millions d’euros (soit environ 9,4 millions de dollars américains) suite à des accusations de pratiques de blocage géographique.

Dans une décision officielle de la Commission, il a été décidé que Capcom, Bandai Namco, ZeniMax, Koch Media, Focus Home Interactive et le propriétaire de Steam Valve avaient enfreint les lois antitrust en verrouillant les clés d’activation Steam pour plus de 100 titres entre les années 2010 et 2015. Les titres en question ont été rendus inutilisables en dehors de la Tchéquie, de la Pologne, de la Hongrie, de la Roumanie, de la Slovaquie, de l’Estonie, de la Lettonie et de la Lituanie, enfreignant ainsi les politiques de «marché unique» de la Commission.

« Ces pratiques commerciales ont privé les consommateurs européens des avantages du marché unique numérique de l’UE pour magasiner entre les États membres pour trouver l’offre la plus appropriée », indique les conclusions officielles de la Commission. « La Commission a conclu que les pratiques illégales de Valve et des cinq éditeurs ont cloisonné le marché de l’EEE en violation des règles antitrust de l’UE. »

Les amendes de chaque éditeur ont été ajustées en fonction de la coopération reçue de chaque entreprise. La plupart des éditeurs cités ont vu leur sanction réduite. Valve – qui n’aurait pas coopéré à l’enquête – a finalement été condamné à une amende de 1,6 million d’euros (environ 2,9 millions de dollars américains). Valve a depuis déclaré à Eurogamer qu’elle avait coopéré avec la Commission et avait l’intention de faire appel de la décision. Focus Home Interactive a reçu la sanction la plus sévère, pesant 2,8 millions d’euros (environ 3,4 millions de dollars), même avec une réduction.

«Plus de 50% de tous les Européens jouent à des jeux vidéo», a déclaré la vice-présidente exécutive de la Commission européenne, Margrethe Vestager. « L’industrie du jeu vidéo en Europe est florissante et vaut désormais plus de 17 milliards d’euros. Les sanctions d’aujourd’hui contre les pratiques de » blocage géographique « de Valve et de cinq éditeurs de jeux vidéo sur PC rappellent qu’en vertu du droit de la concurrence de l’UE, les entreprises sont interdites de restreindre contractuellement les ventes transfrontalières. De telles pratiques privent les consommateurs européens des avantages du marché unique numérique de l’UE et de la possibilité de magasiner pour trouver l’offre la plus appropriée dans l’UE. « 

Classé sous …

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici